De retour, au moins un billet... par année !

Depuis quelques semaines, j'ai beaucoup réfléchi, lentement, à ce qui me manquait dans les différents réseaux sociaux. Un certain sentiment d'éparpillement, de saupoudrage. On dit beaucoup de choses, pour lesquelles des gens répliquent parfois. Ça donne lieu à de belles conversations, mais rarement beaucoup plus.

D'un autre côté, il ne faut pas négliger le fait que ces médias sociaux sont très efficaces pour le partage rapide d'information. J'y suis actif depuis un bon bout de temps, mais j'y ai délaissé mon propre blogue par effet de bord. Mon dernier post date de 2010, c'est tout dire. Même pas un billet par année !

Puis, sur un média social, j'ai vu mon ami Gilles y annoncer ses semaineries, et un souhait pour 2013.

que mes amis ayant abandonné l'exercice de l'écriture bloguesque s'y remettent.

Voilà Gilles, c'est chose faite. J'ai également vu qu'un de mes autres anciens collègues Pierre s'est fait brasser par ça et s'y est remis lui aussi !

En même temps, l'idée des semaineries est très intéressante. Ça me fait penser à ce qu'un de mes contacts dans mon nouveau monde corporatif (Thomas Cagley) a débuté, le 365 Day Picture and Process Improvement Project.

Maintenant, il me reste un truc sur lequel je réfléchis encore. Je poste souvent en français et anglais sur les médias sociaux, résultat de nombreux contacts professionnels à l'extérieur du Québec. Les billets en anglais ou bilingues suivront-ils ? Ce que Sylvain Carle fait depuis plusieurs années semble une voie intéressante. C'est probablement plus une question de récepteur que d'émetteur. Après tout, je suis chez moi ici :-).

Aller de l'avant / Moving Forward

Since I have a bliingual crowd of readers that follow my twitter and identi.ca feeds, this post is bilingual too.

Aller de l'avant

Après 4 ans remplis d'aventures formidables comme directeur des services pédagogiques chez Révolution Linux, j'ai décidé il y a quelques semaines de quitter l'entreprise pour relever d'autres défis professionnels. Je suis très heureux d'avoir pu contribuer à la croissance formidable de cette entreprise en logiciels libres, et d'avoir eu la chance de pouvoir développer le marché américain et construire de solides liens avec nos voisins. J'ai eu l'honneur de faire partie d'une équipe de gens dynamiques et extrêmement compétents sans qui nous n'aurions pu accomplir tout ce que nous avons fait durant ce temps, et j'en suis très fier.

Mon silence radio sur le sujet est dû à mon manque de temps suite à ce départ. Je termine actuellement, en tant que consultant, un gros projet qui a consisté à coordonner et concevoir la mise en place d'un site Web Drupal qui sera la plateforme Web d'un livre à paraître. Quelque chose de très dynamique, fonctionnant avec des logiciels libres. Ce projet, dont j'ai aussi fait la coordination de la production pour le livre lui-même, m'a tenu extrêmement occupé durant les dernières semaines, d'où ce silence radio.

Je suis actuellement attentif aux opportunités qui passent. Les dés ne sont pas jetés, je suis à l'écoute, et plusieurs belles choses sont sur la table. Une chose est certaine, je désire ardemment continuer de faire ce que je fais depuis les 10 dernières années au niveau professionnel, soit de combler le fossé entre les besoins technologiques et les besoins des organisations, en éducation comme ailleurs, avec l'aide des logiciels libres bien sûr !

Je vous tient au courant des développements sur ce blogue, et ailleurs dans mes canaux de communication sociaux.

Moving Forward

After 4 years of wonderful adventures as Educational Services Director at Revolution Linux, I have decided a couple of weeks ago to resign from this job to take up new challenges professionally. I am quite happy to have contributed to the spectacular growth of this open source software business, and specially to have developed the American market and build solid relationships with our neighbors. I had the chance to be part of a team of dynamic and very skilled people, without whom we couldn't have accomplished everything we have done during those years. I am very proud of this.

My silence on the matter is mainly because my lack of time to communicate about it. I am actually finishing a big project as a consultant that consisted in managing and designing a Drupal Web site that will be the Web interface of a book to be published. Something very dynamic, using open source software. This project, of which I also managed the production of the book itself, kept me extremely busy for the last weeks.

I am actually seeking new opportunities. Some nice things are on the table right now, but things are not decided yet. One thing is for sure, I want to continue doing what I have done best for the last 10 years, that is bridging the gap between IT and business needs, in education or elsewhere. Using Free and Open Source software, of course !

I will keep you posted here, and on my other social network feeds.

Conception erronée courante: les probabilités de précipitation

Une lecture d'un article web de la Tribune de Sherbrooke m'apprend que le directeur de Tourisme Cantons-de-l'Est se méfie de la météo.

Ce qui a attiré mon attention, c'est le fait qu'il soit cité dans un média de masse en continuant de répandre une conception erronée courante sur ce que signifient les mots "40% de probabilité d'averses" par exemple.

Quand la personne entend 40 pour cent de risque de pluie en Estrie, elle hésite. Mais on oublie de dire que ce pourcentage signifie qu'il y a 100 pour cent des chances qu'il y ait de la pluie sur seulement 40 pour cent du territoire.

En fait, c'est complètement faux. Ce pourcentage signifie simplement que, où que vous vous trouviez dans la région pour laquelle la prévision a été faite, il y a 4 chances sur 10 que vous subissiez les affres de la pluie à n'importe quel moment.

Ça veut aussi dire qu'il se peut très bien (6 chances sur 10) que vous n'ayiez pas de pluie à l'endroit où vous vous trouvez. Il pourrait bien y avoir du soleil, mais aussi des nuages.

Pour référence, voir l'explication détaillée sur le site d'Environnement Canada.

N'ajustez pas votre température - Message à l'émission "C'est bien meilleur le matin" diffusée depuis Montréal à Sherbrooke

Voici un message que je viens de transmettre à l'équipe de l'émission "C'est bien meilleur le matin" diffusée à Radio-Canada tous les matins de la semaine, entendue à Sherbrooke tous les matins sur mon radio-réveil, diffusée depuis la ville de Montréal.

Bonjour à toute l'équipe

Je sais pertinemment que la température que vous annoncez pour la ville de Sherbrooke est en fait celle de l'aéroport de Sherbrooke, situé à East Angus qui est à plus de 20 km du centre-ville ! (si si, voyez par vous-même)

Or, cette température en degrés que vous annoncez est systématiquement de 2 à 3 degrés sous la température dont la majorité des sherbrookois jouissent à l'heure où vous l'annoncez.

Je pourrais conjecturer que vous donnez l'impression aux gens qu'il fait plus froid qu'en réalité à l'extérieur, contribuant ainsi à un ralentissement économique certain le matin, les gens restant quelques minutes de plus sous la couette ("Y fait ben frette dehors !!!, Véronique l'a dit !").

Je vous fait donc en terminant une suggestion constructive: installer un thermomètre à l'extérieur de vos rutilants nouveaux studios de Sherbrooke situé au coeur de la ville.

Véronique pourra ainsi annoncer fièrement une température "à l'extérieur de nos studios" beaucoup plus conforme à ce que ressent la majorité des Sherbrookois.

Sherbrookement vôtre.

Benoit St-André

Résident de Sherbrooke.

Les mille billets de Gilles

Mon ami Gilles Jobin publie ici son millième billet. Félicitations !

Quelques réactions en marge de son billet:

La difficulté dans l'écriture n'est pas nécessairement l'écriture, c'est aussi la publication de son écrit. Le fait d'exposer au public (averti ou non) ses réflexions, analyses, prises de positions, humeurs, n'est pas toujours facile.

Peu importe ce que l'on dit sur un blogue, il faut le dire pour soi. Cependant , il ne faut jamais oublier qu'on peut être lu par tous ou presque. Vérité de "la Police" bien sûr, mais certains l'oublient. "If you can't stand the heat" comme dit l'adage...

Je serai un peu plus critique sur "la mort des blogues". C'est d'après moi un phénomène médiatique que cette prétendue mort. Je crois simplement que c'est parce que le phénomène blogue a déjà été découvert par les médias (ils en font même partie maintenant), alors rien de neuf maintenant, circulez , y'a rien à voir.

Peut-être que le microblogging a pris le dessus ? Je pense que c'est tout simplement une question de densité. Ça fait quelques temps que j'ai arrêté de bloguer personnellement, peut-être parce que j'étais dans une période où le microblogging était une façon plus efficace pour moi de communiquer ce qui m'intéressait de communiquer.

Je persiste à croire qu'écrire sur le Web peut être une conversation, mais dans beaucoup de cas, c'est plutôt une affirmation de soi ou une expression. Bien sûr, les conversations sont riches quand elles adviennent mais ce n'est pas toujours le cas.

Billet échevelé , mais sincère. Mon dernier billet date de plus d'un an. Incroyable.

Propulsé par Dotclear